Orbeitzeta

Guide “Balades basques” – Circuit N°15 – “Culture et oubli”

En pleine forêt d’Irati, à quelques kilomètres au sud de la frontière française (en passant par le col d’Orgambidé, le mystérieux site de l’ancienne fabrique de munition d’Orbeitzeta. Un endroit fantomatique en cours de restauration, témoin d’une très importante activité dans le passé. De nombreux panneaux explicatifs agrémentent la visite.

Lors de ma dernière visite, j’ai eu le plaisir de voir que des travaux de sauvegarde et de rénovation avaient été lancés. Ce lieu mérite vraiment qu’il soit mis en valeur, de par son histoire, mais également de par le cadre de verdure au fond de la montagne.

Dans la vallée d’Aezkoa, à 5 kilomètres de la frontière française se dressent les ruines de la Manufacture Royale d’Armes et de Munitions d’Orbaizeta. L’exploitation fut érigée au XVIIIe siècle sur le site de l’ancienne forge du mont Aezkoa. Son emplacement obéit à la présence de gisements de minerai de fer et de cours d’eau dans les environs.

La manufacture approvisionnait l’armée en armes et en munition. Cédée à la couronne, son existence fut courte — un siècle à peine — mais très hasardeuse. Très proche de la frontière, elle fit l’objet de nombreux pillages et incendies, mais sut s’en remettre à maintes reprises, jusqu’à sa suppression définitive, au XIXe siècle.

Actuellement, les ruines dévorées par la végétation sont cachées sous un manteau vert et attendent les travaux de restauration. Empreints de mystère, ces vestiges industriels datant du XVIIIe ont été classés Bien d’Intérêt Culturel.

Les vestiges de la Manufacture d’Armes d’Orbaizeta nous rappellent que c’est ici que se trouvait le principal centre industriel militaire du nord de l’Espagne. Nichée dans un recoin touffu et discret de la Forêt d’Irati, son exploitation commença au XVIIIe siècle, après que la fabrique d’Eugi eut épuisé les forêts environnantes. Carlos III fit construire une nouvelle manufacture pour produire munitions et armes nécessaires aux guerres successives auxquelles participait la Couronne. La proximité de gisements de minerai de fer et l’abondance des cours d’eau et du bois en faisait l’emplacement idéal pour cette activité.

L’ancienne fabrique, articulée en trois niveaux, comprenait la manufacture, un bourg, l’église, les habitations des ouvriers et un astucieux système qui, par des plateformes aériennes, reliait les caves à charbon et les entrepôts de minerai aux fours. Plus de 150 travailleurs et leurs familles, ainsi que des troupes de surveillance vécurent pendant des années à cet endroit perdu, au beau milieu de l’épaisse Forêt d’Irati. 3600 bombes par an y furent fabriquées.

Elle ferma définitivement ses portes à la fin du XIXe s. à cause de son isolement, qui renchérissait le coût des matières premières, des frais d’entretien trop élevés et des pillages et attaques constantes dont elle faisait l’objet. L’abandon ultérieur a dévasté ses bâtiments les transformant en ruines, que le lierre a caché au fil du temps. Il est encore possible de distinguer les fours et la canalisation de la rivière Legartza, mais l’état de l’ensemble nécessite d’une importante rénovation. Le projet de restauration désormais entrepris, place la manufacture sur la liste des biens d’intérêt culturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *