Artajona

Un de mes coups de coeur

Guide “Balades basques” – Circuit N°19 “Sur les chemins de Saint Jacques”

Artajona - Navarre - Pays BasqueSur sa butte, Artajona est un exemple parfait d’ancienne place forte romaine. Son enceinte, garnie de nombreuses tours carrées, est restée dans un très bon état, et qui plus est, la ville a été fort bien restaurée. C’est un endroit remarquable qui propose une vue générale sur toute la plaine environnante. Les petites rues et les maisons anciennes donnent un charme particulier à l’ensemble.
L’église est imposante au sommet de la butte. Richement sculptée, il est possible de la visiter en s’adressant à l’office du tourisme. Une de ses particularités réside dans son toit qui servait, dans cet environnement aride, à récolter l’eau de pluie.

 

Artajona – Navarre – Pays Basque

NavarreDe fabuleuses fortifications médiévales couronnent la colline où se dresse Artajona, gros bourg situé à 30 kilomètres de Pamplona qui invite à fermer les yeux pour retrouver un passé peuplé de rois, nobles, évêques et papes.
Son impressionnante forteresse du XIe siècle, connue sous le nom de « El Cerco » (l’Enceinte) surplombe avec majesté le bourg qui s’étage au flanc de la colline dans un labyrinthe de ruelles pavées, jalonnées de maisons nobles.
Dans votre parcours, vous découvrirez un gros village de 1700 habitants qui, outre « El Cerco » , conserve d’autres monuments comme des palais du XVIIIe, l’église gothique de San Pedro et, à proximité, la basilique de Notre-Dame de Jérusalem et la chapelle de San Bartolomé. Découvrez aussi pourquoi ses cloches et ses courses de layas sont importantes.
Les murs d’Artajona, gros bourg au centre de la Navarre, à mi-chemin entre Puente la Reina et Tafalla, renferment des siècles d’histoire qui vous transporteront au Moyen Âge, époque des conquêtes territoriales et des mariages de convenance, comme celui où le village fut donné en cadeau de noces par le roi García Ramírez à sa femme doña Urraca.
L’impressionnant ensemble fortifié de « El Cerco », dont l’accès est libre, explique à lui seul les luttes qui se déroulèrent ici, dans les ruelles ornées de façades blasonnées et d’imposantes demeures nobles.
En les parcourant, comment ne pas ressentir leur charme médiéval, le souffle des traditions et d’une longue histoire. Le présent se transforme en passé et vice-versa. Promenez-vous dans les rues Eugenio Mendióroz, avec son pavement de pierre et sa grande côte ; Mayor, bordée de maisons monumentales et d’élégantes façades ennoblies de blasons ; ou San Pedro, étroit passage au tracé irrégulier.
Arrêtez-vous devant les nombreux portails à arc lancéolé ou en plein cintre, typiques du XVIe ; au pied des majestueux blasons et des palais et passages du XVIIIe.
Dans le bas du village se dresse l’église San Pedro, construction gothique du XIIIe avec un beau portail et une fine tour médiévale. Pour en visiter l’intérieur, qui abrite d’importants retables, des statues baroques et divers objets d’orfèvrerie, il vous faudra demander la clé au presbytère, situé Plaza de los Fueros, à 20 mètres de l’église.
A la sortie d’Artajona, sur la route qui mène à Pamplona, vous trouverez la basilique baroque de Notre-Dame de Jérusalem, construite entre 1709 et 1714. Les moines qui vivent à côté vous laisseront la clé pour y entrer et admirer une Vierge romane en cuivre émaillé objet de la vénération des habitants du lieu.


A quelques centaines de mètres au nord, l’herminage de Nuestra Seniora de Jerusalem est un site imposant. A voir, son petit cimentière, ainsi que la vue sur Artajona.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *