Amaiur

Amaiur est un village-rue resté authentique : de très belles et grandes maisons navarraise. Crépis blancs, pierre de grès rouge, balcons fleuris, blasons : toute l’étendue des caractéristiques navarraises du nord. Au pied des Pyrénées, accessible de Dancharia ou d’Ispéguy, ce petit village mérite une halte.
En arrivant, l’église surprend car elle est un peu à l’extérieur du village, accompagnée du vieux moulin à eau.
Une porte ouvre la rue rectiligne qui vous conduit, au milieu des grandes et belles maisons, jusqu’au pied du mont Gaztelu où ont été restaurées les ruines de l’ancien château.

Amaiur Pays Basque Navarre


Village-rue pittoresque qui reçoit le visiteur avec une arche d’entrée fort originale. Ses habitants ont construit leurs maisons sur le tracé du chemin de Saint-Jacques de Baztan. Le manque d’alignement et d’uniformité de ses façades évite la monotonie et permet d’obtenir de magnifiques perspectives.
La couleur rouge caractéristique de la pierre des carrières d’Almandoz rehausse, comme partout dans la vallée de Baztan, ses imposante demeures. Le village compte de magnifiques maisons à blason telles celle d’Arretxea ou la Maison Arriada, siège des assemblées locales au XVIe siècle.
À l’entrée d’Amaiur/Maya se trouve l’un de ses sites les plus emblématiques : un moulin rénové, aujourd’hui encore en fonctionnement, où vous pourrez acheter de la farine de maïs ou de blé et déguster des talos tout chauds. Accompagnez ces fines galettes de maïs d’autres produits comme le fromage, le chocolat, la chistorra (saucisse locale)…
Du moulin part une promenade facile de 1,5 kilomètres qui mène, en passant le barrage et le canal, jusqu’au célèbre monolithe qui couronne le sommet du Gaztelu (château en basque, là où était autrefois une forteresse). Ce monument commémoratif rappelle qu’Amaiur/Maya fut le dernier foyer de résistance à la conquête de la Navarre et son incorporation dans le Royaume de Castille (1512. De récentes fouilles archéologiques ont mis au jour le pied des tours du château aujourd’hui disparu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *